Chronique Septembre 2017

Métiers

PLAN DE TRANSFORMATION DE L’ORGANISATION ET DU DEVELOPPEMENT DE L’ACTIVITE DE BANQUE DE PARTICULIERS ET DE GESTION DE PATRIMOINE

Après la réunion de présentation générale du 5 septembre, le parcours social du projet a réellement commencé le 13 septembre par une journée de réunion en Comité central d’entreprise en présence du responsable du métier RBWM. Le compte rendu de cette première journée a été diffusé dès la mi-septembre.

Le parcours social se déroulera jusqu’à mi-janvier 2018. A l’unanimité, les élus ont désigné l’expert IPSO FACTO pour les assister dans l’analyse de ce projet qui crée un bouleversement sans précédent dans l’organisation de l’activité de banque de détail et soulève une multitude de questions que les élus viennent de transmettre à la direction. Nous vous tiendrons naturellement informés des réponses apportées et des résultats de l’expertise en cours.

TRANSFERT DES ACTIVITES INFORMATIQUES DEDIEES AUX METIERS GBM (HOST IT GBM) d’HSBC France VERS LA SUCCURSALE FRANCAISE D’HSBC UK Global Services Ltd

S’appuyant sur la réglementation britannique en matière de prévention et de gestion des crises bancaires, la direction poursuit le démantèlement de la direction HOST en « externalisant » (terme employé par le Président du CEP le 18 septembre) les équipes informatiques dédiées aux métiers GBM et Asset Management vers une succursale de HSBC UK Global Services Ltd créée pour l’occasion à Paris.

Bien entendu, la direction proclame que ce transfert ne changera rien pour les 139 collaborateurs concernés, en termes d’activité, de lieu de travail, de conditions de travail, de contrat de travail ou d’avantages sociaux…

La CFTC-HSBC craint que les choses ne se révèlent plus compliquées :

  • Sur le plan technique, il est extrêmement difficile de maintenir à l’identique l’ensemble des caractéristiques du contrat de travail et des avantages sociaux (par exemple l’accès aux représentants du personnel, les œuvres sociales) et la mise en place de solutions « équivalentes » peut se révéler longue et compliquée ;
  • Sur le plan juridique, cette promesse ne vaut que pour une durée limitée. Le transfert s’effectue dans le cadre de l’article L-1224-1 du Code du travail : à l’issue d’une période de 15 mois (1 an + préavis), la nouvelle direction pourra modifier tout ou partie du contrat de travail et des avantages associés.S’agissant d’une société de services, la direction pourra cesser d’appliquer la Convention collective des Banques qu’elle s’engagerait à appliquer de façon volontaire dans un premier temps.

La CFTC-HSBC considère que ce transfert vers la succursale de la société de services du groupe HSBC, qui a, en Angleterre, absorbé de nombreuses fonctions centrales (Finance, Juridique, Risques) en sus de l’informatique, pourrait préfigurer un morcellement général de l’entreprise HSBC France. On peut s’attendre à l’achèvement du démantèlement des fonctions supports (direction HOST), lequel pourrait être suivi par la « phagocytose » de certaines fonctions centrales, tous ces départements n’étant au fond que des prestataires de services.

A l’unanimité, les élus ont voté pour une expertise juridique de ce projet, afin d’étudier les actions qui pourraient être prises afin de combattre le morcellement de l’entreprise et de maintenir l’ensemble des collaborateurs du groupe en France dans une « maison commune ».

Emploi

SITUATION DE L’EMPLOI au 2ème trimestre 2017 (périmètre CEP)

Au 30 juin 2017, l’effectif inscrit au périmètre actuel du Comité d’établissement de Paris est tombé à 6 148 contre 6 305 fin décembre 2016 (-2,5%).
Pour la première fois, l’effectif en CDI est tombé sous la barre des 6 000 collaborateurs pour s’établir à 5 992. En moyenne, les sorties mensuelles ont représenté le double des entrées (60 salariés contre 30). L’essentiel de la baisse est imputable à HOST (- 140 personnes soit près de 10%) et dans une moindre mesure aux fonctions centrales et à GBM.

114 démissions ont été recensées durant le premier semestre dont 52 pour RBWM et 21 pour CMB.

Pour sa part, l’effectif en CDD est resté stable.

L’effectif à temps partiel continue de baisser pour s’établir à 721 collaborateurs contre 747 fin mars et 769 fin décembre.

RH

TRUE NORTH

TRUE NORTH est un logiciel SAP appelé à remplacer PEOPLESOFT à compter de décembre 2017.
Comme à l’accoutumée, la DRS refuse d’en faire une présentation aux élus, arguant qu’il s’agit d’un simple changement de progiciel sans aucun impact organisationnel.

Comme à l’accoutumée aussi, la DRS déclame que ce nouveau progiciel va améliorer considérablement l’existant, fluidifier les relations entre managers et DRH etc.

Alléluia alléluia un système nous est né ! TRUE NORTH c’est bien !

ENQUETE SNAPSHOT

Si l’article « Snapshot 2017 » dans l’intranet du 21 septembre est passé quasi inaperçu, il donne quand même l’occasion de rappeler les limites inhérentes à la méthodologie et à la présentation « pseudo-scientifique » de ce type d’études :

  • Le pourcentage de non-répondants reste très élevé (supérieur à 50%) ;
  • Les répondants s’autocensurent de manière consciente ou non (les fameux
    « biais inconscients »), l’anonymat total étant entre autres impossible ;
  • Aucune indication n’est fournie sur le traitement des réponses : par exemple,
    les réponses « extrêmes » sont-elles prises en compte ou non ?
  • Les résultats sont présentés comme « définitifs », « absolus » alors que, du fait des nombreux biais méthodologiques, ils devraient être présentés sous la forme d’un intervalle de confiance : au lieu de dire « tel pourcentage est de 40% », il faudrait dire « tel pourcentage est situé dans la fourchette 25 à 48% avec une
    probabilité de 95% ;
  • Les résultats sont comparés à une seule autre étude, ce qui est dommage car
    tout à fait insuffisant pour dégager une tendance : il faudrait au minimum 4 à 5 points d’observations issus d’enquêtes menées de façon strictement identique.

Au total, on ne voit pas bien quels enseignements on pourrait tirer de ce genre d’enquêtes qui s’apparentent plus à ce que l’on pourrait appeler du « social washing » (comme il y a du white washing et du green washing !).

Les chiffres fournis ne valent rien ni en termes absolus (biais méthodologiques forts), ni en termes relatifs du fait des comparaisons extrêmement limitées.

LA FIN DES PLANTES

La Direction a décidé de supprimer la location de plantes vertes sur les sites parisiens et le contrat d’entretien afférent. Les plantes sont donc remplacées par d’affreuses imitations en plastique ou par les plantes que les collaborateurs apporteront et entretiendront eux-mêmes.

Economie en année pleine : de l’ordre de 100 000 euros et la DRS de claironner que cela améliorera l’intéressement et la participation des collaborateurs ! Il s’agit plutôt d’une économie de faible montant, typique de la direction actuelle qui « gratte tous les fonds de tiroirs » !

Au cas d’espèce, l’économie projetée pourrait bien se transformer en perte : des études (anglaises) très sérieuses ont établi qu’en présence de plantes vertes, les humains étaient moins stressés et résistaient mieux aux infections ! Toutes choses égales par ailleurs, on peut s’attendre à un surcroît d’arrêts maladies qui viendra annihiler l’économie rêvée par la direction !

Contact / Une remarque ?