Logo CFTC HSBC

Déclaration CFTC-HSBC -CSE Extraordinaire du 7 mai 2020

DECLARATION CFTC-HSBC  –  CSE Extraordinaire du 7 mai 2020

La Direction vient de nous présenter le plan de déconfinement qu’elle envisage de mettre en œuvre à compter du 11 mai prochain.

Ce plan, dont la priorité est clairement donnée à la santé et à la sécurité des collaborateurs, s’articule selon cinq points de force :

–        Le télétravail restera la méthode privilégiée durant les premières semaines de mise en place du déconfinement, et jusqu’au 19 juin (objectif maximal du personnel sur site de 20 % pour les sites centraux ainsi que les sites CMB, et de 30 % pour les agences du réseau RBWM) ;

–        Retour sur sites très progressif des personnels aujourd’hui en télétravail, et avec une prise en compte de chaque situation individuelle (personnes vulnérables, garde d’enfant ou de parents, parents isolés etc.), avec à tout moment une réversibilité partielle ou totale selon l’évolution de la situation sanitaire ; de surcroît, toute personne ne souhaitant pas revenir sur site sera autorisée à poursuivre son activité à son domicile » jusqu’au 19 juin ;

–        Mise à disposition autant que nécessaire des matériels permettant la protection individuelle des collaborateurs des agences et des sites centraux (masques, gants, solutions hydroalcooliques, protections en Plexiglas pour les lignes d’accueil) notamment dans les départements qui seront classés rouge, renforcement des mesures de désinfection réalisées par les personnels JLL ;

–        Augmentation de la distanciation physique minimale de chaque collaborateur à 2m l’un de l’autre ;

–        Réouvertures limitées des agences RBWM tant en terme de maillage (40 agences au maximum si les conditions de sécurité sont remplies) que d’accès limité à la clientèle (horaires réduits, filtrage à l’entrée).

Si ces mesures internes vont dans le sens souhaité par la CFTC et sont conformes aux préconisations des pouvoirs publics pré- et post-confinement, rien ne permet pour autant d’affirmer que le déconfinement national pourra s’effectuer dans les conditions requises, en particulier pour ce qui concerne les transports publics, pierre angulaire de la mise en œuvre sécurisée du plan de déconfinement.

Du reste la Direction le reconnait implicitement, le phasage du déconfinement n’étant à ce jour envisagé qu’au travers d’un horizon qui ne dépasse pas le 31 juillet, alors que le plan dans son entièreté s’étendrait bien au-delà.

Rien n’est également indiqué concernant la stratégie commerciale qui sera appliquée à compter du 11 mai, alors que déjà des remontées de collaborateurs laissent craindre des pressions managériales non compatibles avec une activité commerciale nécessairement dégradée et qui restera la nôtre pour encore de long mois.

Enfin, le plan de déconfinement communiqué manque cruellement d’un plan de contrôle documenté qui permettrait de s’assurer de sa mise en œuvre effective dans le respect des principes fondamentaux sur lesquels il repose.

Cela ayant été dit, la CFTC a pris acte de la volonté de l’entreprise, parfois tardive, de mettre en œuvre tous les moyens nécessaires au confinement globalement réussi des collaborateurs.

Nonobstant, les incertitudes prégnantes qui subsistent, telles qu’exposées ci-avant, ne peuvent nous conduire à émettre un avis favorable sur ce plan de déconfinement, dans sa globalité.

Raisons pour lesquelles la  CFTC ne pourra que s’abstenir lors du vote.

Ce plan, qui sera mis en place sous la responsabilité de la Direction de l’entreprise, ne peut s’imaginer sans un suivi réalisé par la Commission SSCT, à chaque date charnière que constituera le passage d’une phase du plan à une autre.  La CFTC demande également, au vu du caractère exceptionnel et inédit de la crise sanitaire que nous traversons, que les coordinateurs des Représentants de proximité soient étroitement associés à la Commission SSCT. Enfin, dans un contexte où le télétravail va devenir un mode de travail incontournable, sinon le mode de travail dominant, la CFTC demande l’ouverture sans délai d’une négociation afin de compléter l’accord existant d’un volet consacré au télétravail « contraint » et de définir des modalités d’indemnisation justes et équitables en faveur des salariés.

En tout état de cause, la CFTC sera d’une extrême vigilance et d’une totale exigence quant à la préservation de la santé physique et mentale des collaborateurs. Le cas échéant, elle n’hésiterait pas à recourir à tous les moyens légaux et médiatiques à sa disposition pour atteindre cet objectif, qui ne saurait évidemment souffrir aucune concession.

Contact / Une remarque ?