Logo CFTC HSBC

La cession de HSBC France se complique (Source,la Tribune, 25/03/2020 par T Madelin)

Officiellement, le processus suit son cours. Mais la mise en vente de la banque de détail de HSBC en France paraît passablement compliquée par la crise du coronavirus. Selon une porte-parole, la banque sino-britannique poursuit bien sa revue stratégique . Et les équipes en charge de la vente de l’ancien Crédit commercial de France (CCF) continuent à travailler, même si, dans le contexte actuel, tout est ralenti.
Mais, sur le fond, la crise déclenchée par le coronavirus met sérieusement en danger l’opération. « C’était déjà un deal qui avait beaucoup de mal avant, juge un consultant. Je ne peux pas imaginer que La Banque Postale et Société Générale soient concentrées dessus en ce moment ». Les deux banques, derniers candidats en lice, n’ont pas souhaité commenter.
Il faut dire que leur agenda est de facto bousculé par l’épidémie du coronavirus et ses conséquences financières. Depuis deux semaines, les banques centrales et les autorités ont mis en place un arsenal de mesures exceptionnelles pour soutenir l’économie et les banques, confrontées à leur plus rude épreuve depuis la crise financière.
Banque déjà déficitaire
Dans un secteur à la rentabilité structurellement faible, acheter une banque déficitaire était déjà compliqué il y a un mois. Le faire maintenant, alors que les banques risquent de faire face à une explosion des créances douteuses, l’est encore plus. Selon l’assureur crédit Euler Hermes, les défaillances d’entreprises augmenteront de 8 % en France en 2020.
Selon le périmètre de cession, pas encore figé, la banque de particuliers de HSBC France compte 270 à 300 agences et 3.000 à 5.000 salariés. Avant la crise, les acheteurs potentiels avaient fait comprendre au vendeur qu’ils envisageaient de payer un prix « proche de zéro », voire négatif . Pour eux, l’opération devrait en effet être coûteuse car il faudra restructurer et réaliser un découpage informatique.
« Rien que cela nécessite des travaux colossaux par des gens qui sont tous arrêtés ou en télétravail », souligne un expert. Sans compter l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, qui devra donner son feu vert. Mercredi, elle a certes déclaré assurer « la continuité de ses missions durant la période de confinement ». Reste à savoir si cette opération est pour elle une priorité.

Source, la Tribune, 25/03/2020 par T Madelin

Contact / Une remarque ?